⟵ Retour

INTERVIEW MoDem • En 2020, ne nous trompons pas de combat : c’est la survie de notre planète qui est en jeu, à laquelle est connectée notre humanité

INTERVIEW #GreenDeal - MoDem, 30 avril 2020 

En quoi le Green Deal se retrouve-t-il affaibli par la crise du coronavirus ?

Catherine Chabaud - Avant toute chose, je souhaite profiter de cette tribune pour remercier tous ces héros et héroïnes anonymes qui se battent en première, deuxième ou troisième ligne, au quotidien, et cela depuis de nombreuses semaines, pour sauver nos vies et maintenir à flot notre économie. En pleine tempête, ces personnes gardent le cap. Leur dévouement est admirable. Nous avons la responsabilité, individuelle et collective, d’être à la hauteur dans la réponse que nous apportons à la crise et dans le monde que nous préparons pour demain. Permettez-moi, maintenant, de répondre plus spécifiquement à votre question.

Le Green Deal était le cap que l’Union européenne s’était fixée jusqu’à l’apparition du Covid-19, un projet ambitieux qui rassemblait les citoyens européens autour d’un objectif concret : faire de l’Europe le premier continent climatiquement neutre à l’horizon 2050. L’ambition était d’engager l’Union européenne dans une transition verte créatrice d’emplois, qui s’appuie sur la restauration des écosystèmes et l’accélération des éco-innovations. Face à la crise du Covid19, des forces contraires semblent agir en coulisse pour dénaturer nos objectifs initiaux et vider la réponse européenne de ses engagements écologiques. Pourtant, il est plus que jamais crucial de garder le cap, voire de l’accélérer ou de l’infléchir à la lumière des enseignements de la crise. Nous devons préparer l’Europe de demain et d’ores et déjà voir en la sortie de crise une opportunité pour changer de logiciel et accélérer la transition écologique au niveau européen. À ce titre, le paquet de relance économique proposé par l’UE nous en dira plus sur la nature des objectifs poursuivis. Aujourd’hui, il y a un vrai risque que le Green Deal soit l’un des grands sacrifiés de la réponse économique des Etats européens. Avec la délégation française Renaissance, je suis mobilisée pour que les objectifs climatiques et environnementaux que nous nous sommes fixés au niveau européen avant la crise perdurent, se renforcent et s’accélèrent dans la réponse post-crise. Sur ce sujet, notre détermination est totale, car il en va de notre avenir commun !

Pensez-vous que les lobbies – à l’instar de celui de l’industrie du plastique – pourront faire plier certaines mesures comme celle interdisant l’usage du plastique à usage unique ?

Les déchets que j’ai croisés au milieu de l’océan, lors de ma première traversée de l’Atlantique en 1991, sont à l’origine de mon combat politique et citoyen pour un développement durable. Je ne me suis pas dit "Où sont les affreux pollueurs ?", mais plutôt "comment en est-on arrivé là collectivement ? ". Parmi ces déchets, de nombreux produits plastiques sont ensuite ingérés par les animaux marins et accélèrent la dégradation des écosystèmes naturels. En 2050, si la courbe n’est pas inversée, il y aura plus de tonnes de plastique que de poissons dans l’océan. Je le rappelle, l’océan est notre poumon, l’océan nourrit la planète : il ne peut y avoir d’humanité en bonne santé si l’océan est malade.

Je crois en l’UE qui est, selon moi, le bon échelon de gouvernance pour lutter contre la pollution plastique. L’année dernière, une bataille formidable a été gagnée par la Commission européenne face aux lobbies du plastique, avec la mise en œuvre de la directive sur les plastiques à usage unique, qui interdira de faire circuler sur le marché européen des produits tels que les pailles, les assiettes, couverts, gobelets ou encore les cotons-tiges en plastique à partir de 2021. Cette première victoire est un signal fort pour l’Europe et ses citoyens. Elle doit en appeler d’autres si nous voulons être à la hauteur des enjeux et renforcer la résilience de notre planète face au changement climatique.

A cette directive s’ajoute la stratégie sur l’Economie circulaire qui doit être mise à jour et consolidée. Sur ce sujet, il y a bien plus à entreprendre. Il faut avoir une approche systémique et s’intéresser non seulement à la réduction (ou l’élimination) des plastiques à la source, mais aussi parvenir à les tracer afin qu’ils ne deviennent jamais des déchets sauvages et favoriser plus généralement la valorisation de tous les déchets. Il faut en appeler à la responsabilité de tous les acteurs, les entreprises bien-sûr, mais aussi les collectivités et les citoyens.

Plus globalement, certains intérêts nationaux ou privés peuvent demeurer des freins à la transition écologique engagée par la nouvelle Commission européenne d’Ursula von der Leyen. Mais il faut s’appuyer sur les acteurs qui s’engagent déjà dans la transition, valoriser les bonnes pratiques et engager des spirales vertueuses. Là encore, nous sommes plusieurs à nous mobiliser sur ce sujet au Parlement européen, notamment au sein de notre groupe Renew, pour que l’UE maintienne le cap.

N’y a-t-il pas un risque inquiétant qu’à la crise sanitaire et à la crise économique s’ajoute une crise climatique augmentée ? Quelles seraient les conséquences de l’abandon des ambitions initiales du Green Deal ?

Il est aujourd’hui scientifiquement prouvé que les crises sanitaire, environnementale et climatique sont toutes interconnectées. La crise socio-économique actuelle, qui est sans précédent dans notre histoire récente, révèle au grand jour les conséquences du non traitement de la crise environnementale mondiale. Rappelons que la fonte historique du "permafrost" (ces terres gelées des régions polaires) pourrait libérer des virus inconnus jusqu’à ce jour. Rappelons également que la destruction de la biodiversité à l’échelle de la planète renforce le risque de transmission entre les animaux sauvages et l’homme. Le changement climatique et la perte de biodiversité sont autant d’accélérateurs de prolifération des virus qui doivent nous alerter et nous préparer à la multiplication des crises sanitaires à venir.

Il est donc urgent d’apporter une réponse globale, à l’échelle européenne et internationale, afin de renforcer la résilience de notre planète. Pour cela, arrêtons de réfléchir et d’agir en silos. La réponse réside dans l’équilibre des piliers du développement durable (dimensions sociale, économique et environnementale) et, notamment, dans l’accélération de la transition écologique, incarnée au niveau européen par la feuille de route du Green Deal. Abandonner nos ambitions initiales portées par le Green Deal aurait des conséquences dramatiques pour l’Europe et précipiterait la fin de notre aventure commune, considérant que chaque pays prendrait un cap différent. Le Green Deal est, à ce titre, autant un projet européen fédérateur, inclusif et résilient, capable d’embarquer tous nos citoyens dans le même bateau, qu’une opportunité unique de promouvoir et mener la réalisation de la transition écologique au niveau mondial.

Que proposez-vous pour éviter ce scénario et pensez-vous possible de transformer cette crise en opportunité pour une véritable révolution verte ?

Cette question répond à une interrogation plus large : que voulons-nous pour l’Europe de demain ? Et par opposition, que ne voulons-nous plus ? La crise nous livre certains enseignements très forts comme le besoin de solidarité à tous les niveaux, la prise de conscience de notre responsabilité individuelle et collective sur l’état de la planète, l’appel à une véritable souveraineté européenne sur les plans alimentaire, sanitaire, industriel, numérique ou encore énergétique, mais aussi la nécessité de bâtir une Europe plus résiliente, dans l’anticipation des crises et dans la prise en considération de nos écosystèmes naturels et organisationnels. Ces valeurs, qui ressortent en temps de confinement, nous incitent à plus de coopération, plus de leadership, et donc plus d’Europe ! De ce point de vue, l’Union européenne doit mieux communiquer sur tout ce qu’elle porte et finance. Le projet du Green Deal européen, porté par la présidente de la Commission européenne, est un excellent moyen d’apporter une réponse commune à toutes les crises. Je m’attache particulièrement à en renforcer la dimension maritime.

Notre feuille de route devra être claire pour mener ce chemin à bien. Je suis convaincue, à ce titre, que les objectifs de développement durable, édictés par les Nations unies depuis 2015, peuvent devenir la colonne vertébrale de ce Green Deal : les ODD sont une grille de lecture universelle et partagée par tous au niveau international. Le navire européen a besoin d’un cap ambitieux, inclusif et innovant, écologique et résilient. En 2020, ne nous trompons pas de combat : bien plus que l’avenir de l’Union européenne, c’est bien la survie de notre planète qui est en jeu, à laquelle est connectée notre humanité.

https://www.mouvementdemocrate.fr/en-europe/en-2020-ne-nous-trompons-pas-de-combat-cest-la-survie-de-notre-planete-qui-est-en-jeu


Mission Starfish 2030 : Une approche très pertinente par le cycle de l’eau pour régénérer l’Océan
Je me réjouis du rapport « Mission Starfish 2030 » rédigé par le comité présidé par Pascal Lamy et publié par la Commission européenne, qui dessine des objectifs et un plan d’action pour préserver ...
Le Parlement européen vote la décarbonation du transport maritime et son entrée dans le marché du carbone
Aujourd’hui, le Parlement européen a adopté à une large majorité (520 voix) le rapport sur le système de collecte des données relatives à la consommation de CO2 des navires. Derrière ce titre technique se cache en réa...
Catherine Chabaud, marraine de l’École d’été "Mer et Journalisme"
Déjà marraine l’an dernier pour la première édition, j’ai eu l’honneur de parrainer cette année encore, la formation des journalistes aux enjeux liés à la mer pour la deuxième année consécutive, aux côtés d’un parrain...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK